La connerie du véganisme (suite)

 

Suite de http://antiintox.canalblog.com/archives/2017/08/28/35620586.html

 

Les animaux carnivores ne mangent que de la viande crue. Le problème de la viande crue est qu’il faut un max de temps pour une digestion longue et difficile. Un lion ne mangera ainsi que 2 fois par semaine et passera le reste du temps à dormir et ça demandera même presque un mois à un python. Certains choisissent, et pas seulement les hyènes, les chacals ou les vautours, mais aussi les lions ; de manger de la viande en voie de décomposition, le travail de digestion est ainsi en partie fait et la digestion est plus rapide. La hyène mange ainsi plus souvent et assimile plus de protéines. Son territoire à la taille d’un département contre la vallée où il vit pour le lion.

L’australopithèque fut plus que probablement un charognard avec un mode de vie plus comparable à celui de la hyène qu’au lion.

Puis vint la domestication du feu (homo-habilis) et la capacité à le créer (homo-erectus). La viande cuite est ô combien plus facilement digérable et encore plus que la charogne. Ainsi l’homme acquis la capacité de manger de la viande tous les jours. L’accroissement considérable de l’absorption de protéines ne se manifesta pas seulement par l’accroissement d’un territoire qui passa de la taille d’un département à celui du continent africain tout entier et au-delà, au reste du monde (Amérique exceptée), l’absorption de protéines profita aussi au cerveau :

evolution-taille-du-cerveau

Alors qu’il a augmenté de 50 % entre  l’australopithèque et homo-habilis, il double carrément entre ce dernier et son successeur.

Dans le même temps, alors que le cerveau ne représente que 10 % du poids total du corps, il va consommer jusqu’à 50 % de l’énergie absorbée chez l’homme moderne contre 10 % chez le lion.

En résumé, et c’est ce que nous apprend la science et la paléontologie, c’est qu’il est indéniable que la consommation de viande, et de viande cuite, a joué un rôle fondamental dans le développement du cerveau humain par rapport au reste des mammifères.

En fait, sans cela, nous serions restés à peine plus que des animaux. Et si le véganisme avait existé à cette époque, on serait même revenu en arrière et inférieur à un chimpanzé !

Autrement dit le véganisme est une véritable connerie, un non-sens total, une hérésie, un « pandaïsme » devrait-je dire pour faire le rapprochement avec ce plantigrade redevenu herbivore… et quasi impuissant, une régression ; et au bout du compte l’affection que nombre porte à cet animal est tout un symbole… de la connerie humaine.

On a déjà évoqué ça ici il y a presque 10 ans et cet article n’est toujours pas dans le top 100 et ces cons de lecteurs n’ont évidemment pas fait suivre :  

L'incroyable bêtise de la masse (29 bis) - le blog poilagratter

L'incroyable bêtise de la masse (29 bis). Darwin (9) La surpopulation Au vu de ce que nous avons pu constater parmi les réactions (dans la rue, parce que e-mail et commentaires : nada), il va bien falloir mettre cela dans le chapitre sur la bêtise pour...

http://poilagratter.over-blog.net

Mais surtout ici sur l’histoire du Panda (et de l’Australie, évidemment peu connue aussi vu que vous ne faites pas suivre, que vous ne faites pas VOTRE travail !) : 

Le viol des foules (6) - le blog poilagratter

Le viol des foules (6) Les écologistes Etant nous même écologistes et altermondialistes (et pour cause puisque l'Ecologie est née chez les hippies), on ne va pas nier l'importance et l'obligatoire nécessité de cette mouvance dans la vie politique. Sans...

http://poilagratter.over-blog.net