Grèves SNCF

SNCF: face à la grève, le gouvernement tiendra bon, affirme Le Maire

Face à la grève annoncée à la SNCF, Bruno Le Maire a assuré dimanche que le gouvernement tiendrait son cap quelle que soit la longueur du conflit, alors que la méthode de la réforme a été critiquée par le président du Sénat.

https://actu.orange.fr

 

Suite au non respect du référendum de 2005 et de la ratification par le traître Sarkozy du Traité de Lisbonne, le gouvernement de collabos actuel n’a d’autres choix que de se conformer aux ordres de Bruxelles et d’ouvrir le rail français à la concurrence.

Il est bien évident que la SNCF disparaitra immédiatement si elle ne devient pas rentable et en mesure de baisser ses tarifs face à la concurrence. A cet égard, le statut des cheminots, principal obstacle pour ce faire, doit évidemment disparaître !!!

On pourrait certes se réjouir de la disparition de ce bastion communiste qui a bien saboté l’outil et en paye aujourd’hui le prix fort (http://antiintox.canalblog.com/archives/2018/02/26/36178682.html Doit-on soutenir les cheminots ?), sauf qu’il ne faut pas oublier que si ce bastion tombe – et c’est le plus gros – on ne voit franchement pas ce qui pourra empêcher ce gouvernement de collabos de s’attaquer ensuite aux retraites, au statut des autres fonctionnaires, aggraver encore plus le racket automobile et même s’en prendre (c’est déjà le cas avec les lois totalement iniques en faveur des squatters) à la propriété privée des seuls petits qui n’ont pas les moyens de se payer des services de gardiennage. Pour ne citer que ça car il y a bien d'autres saloperies dans les cartons !

Il y va donc de l’intérêt général, non pas d’assurer le succès de la grève des cocos de la SNCF, dont on remarquera que Martinez (CGT) se garde bien de rappeler que c’est la suite de Lisbonne (et encore moins qu’il a voté Macron sachant parfaitement ce que ça entrainerait pour la SNCF) ; mais de profiter du bordel général que ça va créer pour foutre en l’air ce ramassis de traîtres et de collabos sortis par défaut des urnes, sachant que nous, nous ne gagnerons jamais par ce biais.

Les conditions préalables à la Révolution (oui, vous avez bien lu) sont en train de se réunir et si nous ne forçons pas les portes du Destin MAINTENANT, inutile de dire que ça ne se reproduira pas de sitôt. Ce n’est pas quand vous n’aurez plus rien que vous aurez quelque chose à défendre !

50 ans après mai 68, il y avait bien longtemps que le Peuple ne s'était pas révolté.

Rapellons que nous avons le Droit pour nous : Article 35 : http://antiintox.canalblog.com/archives/2016/06/25/34010795.html